samedi 19 août 2017

Il est temps de suivre un régime et d'apprendre à voler

Il est temps de suivre un régime et d'apprendre à voler

Michelle Ballanger



Editions Rouergue
mai 2017
288 pages
20,00 €
ISBN
978-2-8126-1277-0

Présentation de l'éditeur

Adam est écrivain public. Tous les après-midi, il écrit pour les habitants de sa petite ville posée au pied des montagnes de Dracula. Des lettres anonymes, des lettres d’amour, des lettres pour ceux qui sont tout près, ou bien ceux qui sont partis en France, partis et jamais oubliés. Dans sa maison où ne vivent plus depuis longtemps sa femme et sa fille, parties et jamais revenues, Adam héberge depuis l’hiver dernier Dragos, vieux, sale, gros et vendeur de poids de son état. Et Adam a finalement peu de temps pour penser à lui-même. C’est une bonne chose. Penser à lui, c’est penser à celles qui lui manquent. Il ne veut pas. Mais alors qu’Adam écrit des lettres en poste restante, des poèmes, des testaments, alors que chacun raconte son histoire et que les mots suivent leur chemin, le moment vient où les forces sont réunies, où les choses sont prêtes à basculer. Oui, il faut parfois vingt ans pour écrire une lettre, mais il est grand temps de suivre un régime et d’apprendre à voler, il est grand temps pour Adam, et pas seulement pour lui.


Avec grâce, avec douceur et légèreté, Michelle Ballanger nous emporte dans un premier roman aussi chatoyant que le chapeau d’un magicien dont sortiraient un jeune homme qui tricote des écharpes, une femme qui a bien vécu de l’amour des hommes, une princesse qui fait la manche, et bien d’autres encore, chacun avec sa vie glissée dans celle des autres.


C'est notre LC avec Julie

Mon avis

Une couverture magnifique et un titre en apparence léger pour un premier roman adulte proposé par Michelle Ballanger.

Nous sommes en Roumanie, en Transylvannie au pied de la montagne Dracula.

Adam est professeur de français mais aussi écrivain public.

Les après-midis, les gens défilent et il écrit des lettres qu'ils classent dans des fardes de couleur en fonction du thème des courriers.  Il aime coordonner son pull à la couleur de la lettre : lettres anonymes, lettres d'amour, testaments, poèmes ...

Adam vivait seul depuis le départ de sa femme et de sa fille en France, en 1984.  Depuis l'an dernier il a accueilli Dragos, un vendeur de poids, vieux, sale.   Dragos et les lettres lui permettent d'oublier sa solitude et celles qui l'ont quitté.

Au fil des lettres, nous découvrons des personnages parfois hauts en couleur qui vont animer sa vie. Peu à peu, les vies se glissent les unes dans les autres, se tissent des liens.

Natacha une petite princesse gitane et Corneliu, un tricoteur d'écharpes multicolores vont changer un peu le cours de sa vie. Il y a aussi Stella, la vendeuse d'amour, Victor et son héritage, Gheorge qui voudrait récupérer sa femme partie en France.


A travers ces vies et ces personnages nous découvrirons en filigrane l'histoire de la Roumanie, le régime de Ceaucescu, les premières élections, les privations et le changement.

Nous sommes en 2008, il faut parfois du temps pour comprendre les choses, pour faire éclater une rancoeur et enfin réagir.

Un très beau roman qui nous est présenté de façon originale par le biais de ces échanges épistolaires.  Il se compose de trois parties : "Les bagages" - "Les voyages"  et "Aller-retour".

Un récit qui permet de comprendre l'envie de vivre ailleurs, l'espoir d'une vie meilleure.  La vie des gitans aussi est traitée et nous donne un autre regard sur cette communauté. Des femmes qui prennent leur destin en main.


Une belle pioche pour notre lecture commune avec Julie des "Petites lectures de Scarlett"

Ma note :  8.5/10


L'avis de Julie se trouve ici  



Les jolies phrases

Adam se dit que c'est l'odeur qui montre la misère, bien plus que les vêtements et les bijoux en toc.

On ne tue pas la honte en la refilant à quelqu'un. Ça marche pas.
- On fait comment alors ?
- On la tue en la nommant.  On la regarde dans les yeux et on lui dit ses quatre vérités.  Y a pas d'autres solutions.  Après ce n'est plus elle qui est la plus forte.  On ne tue pas la honte avec une lettre anonyme.

L'important c'est le silence et le souffle.  Pas besoin de mots pour le désir.  C'est le mouvement qui met ensemble les corps qui compte. Je connais quelques mots, je peux vous les confier mais il faudra écrire le mouvement et ça je ne sais pas le dire.  Le faire oui.  Pas le dire.  Je montre avec mon corps.  J'ai toujours fait les deux ensemble. C'est ainsi le désir.  Une danse.  Je peux vous dire et vous montrer. Mais vous ferez les phrases.

Dans le bleu nu des yeux de Dragos, Adam ne voit plus que l'infini chagrin qui s'y est logé.  Un chagrin comme une pierre qui empêche de voir quoi que ce soit d'autre, qui prend toute la place et ne laisse rien passer autour de lui.

On ne peut pas changer la couleur des yeux de quelqu'un, on ne peut pas non plus se retenir au bord d'un regard. On est forcer d'y plonger.  Au moins pour un moment.  On est forcé d'être touché.  Adam se dit qu'il lui était plus aisé de vivre de l'odeur de Dragos qu'avec le regard de Dragos.  Mais qu'à cela ne tienne, il apprendra.  Tout s'apprend.




2 commentaires:

Joëlle Verbrugge a dit…

Merci pour ce retour de lecture... je le mets dans ma wish list,ça m'a donné envie :-)

Joëlle

Nathalie Vanhauwaert a dit…

Heureuse de vous donner l'envie de découvrir un livre qui malheureusement n'a pas été mis en avant et est un peu passé inaperçu. J'espère qu'il vous donnera autant de plaisir que moi à la lecture.